Prévention

Lutte contre le dopage

Selon l’Agence Mondiale Antidopage, chaque sportif est responsable des substances décelées dans son échantillon, et une violation des règles antidopage survient quand une substance interdite (ou ses métabolites ou marqueurs) est trouvée dans son prélèvement corporel. Il y a violation même si le sportif a fait preuve de négligence ou qu’il n’a pas agi intentionnellement.

Ainsi, ce principe de responsabilité implique, de la part d’un sportif et quel que soit son niveau, une vigilance accrue vis-à-vis de sa pratique sportive.

Aussi, au delà de l’aspect sportif, les conséquences du dopage sur la santé peuvent être dramatiques : maladies cardio-vasculaires, dérèglements hormonaux, tumeurs, troubles du comportement, dépendance physique ou psychique… 

Pour aider le sportif à prévenir toute situation ou comportement à risque, l’Agence Française de Lutte contre le Dopage (AFLD)préconise certaines recommandations :

  • Informer son médecin de sa pratique sportive (discipline, niveau) lors de toute visite donnant lieu à une prescription médicale et ne pas hésiter à lui demander conseil en cas d’automédication
  • Ne pas confondre ordonnance et Autorisation à Usage Thérapeutique. Les Autorisations d’usage à des fins thérapeutiques (AUT) permettent aux sportifs de suivre un traitement à base de médicaments contenant une substance interdite.
  • Être vigilant lors de l’achat de compléments alimentaires et de produits diététiques de l’effort, notamment sur Internet
  • Se tenir informé, auprès de sa fédération, de l’AFLD ou de tout autre organisme, de la règlementation antidopage en vigueur et de ses éventuelles modifications

Attention à l’automédication : l’automédication s’inscrit dans un comportement général de soins qu’une personne se prodigue à elle-même (ou à ses proches) sans prendre l’avis d’un professionnel de la santé. Les substances utilisées sont les médicaments à prescription facultative et, parmi eux, les médicaments de médication officinale, et aussi des médicaments anciennement prescrits mais non consommés en totalité ou encore achetés sur l’Internet. Outre les effets indésirables habituels, les sportifs s’exposent à deux dangers spécifiques : altérer les performances et rendre positive une analyse antidopage.

Pour plus d’informations et pour toutes questions concernant les bonnes pratiques en matière de prévention et de lutte contre le dopage, vous pouvez consulter le site institutionnel de l’AFLD : lien

Centre de contact d’aide et d’orientations des sportifs en difficulté face au dopage : 0 800 15 2000

Numéro vert : appel et service gratuit depuis un poste fixe du lundi au vendredi de 10h à 20h

Certificat médical

La réglementation du certificat médical pour la pratique sportive évolue.

Le dispositif relatif au certificat médical de non contre-indication à la pratique sportive a fait l’objet de récentes évolutions législatives et règlementaires .

Ces évolutions sont applicables depuis le 1er juillet 2017.

En résumé :

La production d’un certificat médical de non contre-indication à la pratique de l’aviron ou du sport est obligatoire uniquement pour la prise d’une première licence. Les années suivantes, si la licence est prise sans discontinuité, il est simplement demandé aux licenciés de répondre à un questionnaire de santé.

Il n’existe qu’un seul et même questionnaire de santé qui est personnel et reste confidentiel.

Prendre une licence annuelle à la FFA :

• Le licencié prend une licence annuelle pour la première fois
Pour obtenir sa licence, il présente au club un certificat médical de non contre-indication à la pratique de l’aviron ou du sport. Ce certificat doit dater de moins d’un an à la date de délivrance de la licence.

• Le licencié avait une licence annuelle lors de la saison N-1 et il souhaite la renouveler pour la saison N

Pour obtenir sa licence, il répond à un questionnaire de santé « QS-SPORT » Cerfa N° 15699*01, téléchargeable ici.

Pour pratiquer en compétition, la production d’un certificat médical de non contre-indication à la pratique de l’aviron en compétition est obligatoire tous les 3 ans seulement. Les années intermédiaires, si la licence est prise sans discontinuité, il est simplement demandé aux licenciés de répondre à un questionnaire de santé.